Bienvenue
A Propos
Psychologue pour enfants et adolescents
Bilan Psychologique
FAQs
Presentations
Bibliographie
Liens
Contact

FAQs - Questions les plus fréquentes

Q1. Combien coûte une consultation ?

Q2. Comment se passe un bilan psychologique ?

Q3. L'examen comporte-t-il d'autres démarches ou tests ?

Q4. Serons-nous obligés de faire le complément d'examen ?

Q5. Comment se déroulent les consultations ?

Q6. Pourquoi ça ne suffit pas de faire un test de QI pour l'enfant supposé à haut potentiel intellectuel ou surdoué ?

Q7. Pourquoi ces prestations ne sont pas remboursées par l'assurance maladie obligatoire ?

Q8. Quelle assurance peut donc rembourser ces consultations ?


Q1. Combien coûte une consultation ?

Le prix des consultations, des téléphones ou du travail sur le dossier d’examen est calculé au ¼ d’heure, actuellement à 50 CHF.
Vous pouvez demander une estimation du coût pour un bilan ou une psychothérapie.

Q2. Comment se passe un bilan psychologique ?

Il comporte un minimum de 6 séances (de 45 minutes à 1 heure) plus un travail sur dossier (corrections de tests, interprétation des résultats, élaboration d'une synthèse).

Q3. L'examen comporte-t-il d'autres démarches ou tests ?

Le psychologue ne prendra pas contact avec des tiers sans l’autorisation des parents et/ou du patient. Les cas qui tombent sous le coup de la loi de protection de la jeunesse constituent donc une exception à cette règle.
www.unil.ch/ome/page34300.html
(article 26 de la loi sur la protection des mineurs)

Q4. Serons-nous obligés de faire le complément d'examen ?

Toute prolongation ne se fera qu'avec l'accord des parents, selon leurs demandes et/ou les problèmes particuliers que leur enfant rencontre.

Q5. Comment se déroulent les consultations ?

Les parents sont reçus avec l'enfant pour le premier rendez-vous dans le but de présenter leur demande et donner un aperçu du développement de l'enfant, de leurs observations et leurs éventuelles préoccupations.
Lorsque l'examen se termine, les résultats du bilan sont discutés avec les parents lors du dernier rendez-vous agendé.
Pour l'examen, l'enfant reste seul avec la psychologue dans la mesure du possible.

Q6. Pourquoi ça ne suffit pas de faire un test de QI pour l'enfant supposé à haut potentiel intellectuel ou surdoué ?

L’intelligence est un facteur important de la personnalité de l’enfant mais il n’est pas le seul.

De nombreux facteurs interviennent, ils peuvent soit favoriser, soit constituer un obstacle à l’utilisation du haut potentiel.

Même dans le cadre d’un bilan de détection d’un éventuel haut potentiel intellectuel, un examen plus large que le test de QI s’impose. En effet, il est essentiel de comprendre dans quel type de personnalité s’inscrit cette intelligence, comment le sujet gère ses émotions, quelle est son insertion socio-relationnelle. Mais il est également essentiel de détecter les éventuels troubles associés. Ces derniers ne dépendent pas de la surdouance mais leur interaction doit être élucidée et leur traitement est souvent à organiser sans tarder (importance des prises en charge précoces.

L’utilisation du potentiel dépend de tous ces facteurs.

Dire qu’un enfant est à haut potentiel n’explique pas tout, chaque enfant dispose de sa personnalité propre et tous les portrait-robot fournis sont des repères mais ne peuvent nous éclairer complètement sur le fonctionnement d’un enfant.

Face à un enfant/adolescent HPI qui dysfonctionne et/ou s’avère sous-réalisateur, il est essentiel de chercher, en priorité, un éventuel trouble associé. Ce dernier peut être une source de souffrance pour l’enfant et nous devons le prendre en charge. Sous peine de soumettre l’enfant à une pression insupportable sous-prétexte qu’il ne parvient pas à utiliser son potentiel, à se comporter de manière adéquate et/ou à s’insérer socialement.

Q7. Pourquoi ces prestations ne sont pas remboursées par l'assurance maladie obligatoire ?

Les consultations effectuées par un psychologue-psychothérapeute indépendant ne sont pas remboursées par l'assurance de base, car le psychologue-psychothérapeute n'est pas dans la liste des prestataires de soins de l'assurance de base. Ceci même si ces consultations, et notamment les bilans psychologiques, peuvent être nécessaires pour l'établissement d'un diagnostic psychiatrique et demandés par le médecin traitant.

Q8. Quelle assurance peut donc rembourser ces consultations ?

S'il y a une indication par le médecin traitant car l'enfant est en souffrance, elles peuvent être partiellement remboursées par l'assurance complémentaire (cela dépend du contrat d'assurance complémentaire de chaque patient) car elles sont indispensables au diagnostic permettant de décider si le patient a besoin d'un traitement psychothérapeutique, par exemple.

Copyright © 2004-2017. Claudia Jankech

home